Notícia

23/10/2012 | Tele Obs. | 02/06/2012 - La Fondation Cartier joue les naïfs | Por Bernard Géniès

Fonte: Télé Obs. 2 de junho de 2012.
Por Bernard Géniès

Art naïf? Art brut? Art populaire? Quand il s'agit de caractériser les productions artistiques d'une tribu ou d'un groupe, d'un créateur vivant sous des latitudes (ou longitudes) éloignées, on assite toujours à la valse des étiquettes. On ne sait jamais comment les qualifier et l'on se contente le plus souvent de constater qu'ils ne fréquentent pas les circuits traditionnels (musées, galeries) de la distribuition culturelle.
A la Fondation Cartier, les oeuvres d'une cinquantaine de ces artistes inclassables sont présentées. Le projet est certes séduisant mais sa mise en oeuvre l'est beaucoup moins qui se contente de juxtaposer des approches sans jamais chercher à esquisser une perspective. Alors oui, on regarde avec intérêt les grandes peintures de Jivya Soma Mashe (que l'on a déjà découvert au musée du Quai-Branly), les villes colorées et fascinantes de Mamadou Cissé, les drapeaux de perles et paillettes de Haïtiens Sibrun Rosier ate Jean- Baptiste Jean. De même, on peut s'amuser du détournement des tableaux du Douanier Rousseau par le gr4aphiste japonais Tadanori Yokoo. Mais est-ce bien suffisant pour justifier une exposition? Pas sûr...




Galeria Estação
Instagram